Mission Jeanne d’Arc 2018 des commissaires d’ancrage Marine :  la « Voie Sacrée » passe par la mer

Le 6 mars 2018 au matin, quand une fois passée Ras Beyrouth surgirent dans la chaleur du matin les tours de la ville, les commissaires de la promotion « Voie Sacrée » embarqués sur le groupe Jeanne d’Arc s’apprêtèrent à accoster sur la rive Est de la Méditerranée à l’instar de bien des navigateurs avant eux. L’histoire de la région témoigne de l’importance de ces eaux pour les grandes civilisations de ce bassin : la puissance maritime commerciale et militaire des Phéniciens leur permit longtemps de tenir tête à Nabuchodonosor et Alexandre et enfanta la grande Carthage, seule rivale de Rome jusqu’à ses défaites navales qui entraînèrent sa destruction. Ce n’est cependant pas le seul héritage dont ils pourraient s’enrichir. Ils abordaient une terre de juristes et d’administrateurs, à l’alphabet fondateur et dont l’école de droit fit la gloire en inspirant le Code justinien.

C’est aussi dans une lignée à peine plus récente que ces midships se sont inscrits au travers de  leur embarquement : celle des commissaires de la marine, bien vivante et fière de ses traditions au sein du corps des commissaires des armées. Tel fut un des messages adressés aux midships par le CRG2 Hiaux, chef du GSBdD de Toulon, lorsqu’il leur remit une semaine avant l’appareillage des épées marine dans un lieu emblématique de cette histoire, le bureau de l’intendant de la Marine à Toulon. Nulle surprise donc à ce que, tout comme leurs aînés, les jeunes commissaires d’ancrage Marine soient appelés à servir « loin, longtemps et en équipage », et à assumer conjointement les responsabilités d’un officier embarqué, d’un marin militaire et d’un administrateur expert des affaires navales et maritimes.

Au terme de leur formation d’administrateur à l’école des commissaires des armées à Salon de Provence, l’organisation entière de la mission Jeanne d’Arc vise à les y préparer au mieux, au contact des équipages des trois bâtiments du groupe Jeanne d’Arc et pleinement intégrés avec leurs camarades de l’école navale. Composé cette année du BPC Dixmude, de la FLF Surcouf et du BCR Var (ce dernier jusqu’à Djibouti seulement), il embarque 132 midships dont 9 commissaires. Dès leur appareillage de Toulon le 26 février, ceux-ci ont dû s’organiser pour répondre simultanément aux exigences d’une formation opérationnelle de haut niveau conjuguée à un apprentissage pratique du service administratif à la mer.

Prenant part au tour de quart en passerelle et passerelle aviation, ils participent à des opérations aéromaritimes et amphibies et se familiarisent à la navigation en Task Group, tandis que les cours de l’EAOM leur font découvrir des volets complémentaires de leur formation de marin telles que les modalités des principaux domaines de lutte. Invités à présenter des briefings juridiques devant l’état-major, ils s’approprient un droit de la mer dont la France défend la préséance sur toutes les mers du monde, non seulement par des discours, mais par le déploiement tous azimuts de ses unités hauturières. Étroitement intégrés aux services « commissariat », ils découvrent concrètement le travail de leurs futurs subordonnés et développent leur capacité au commandement. À ces travaux s’ajoutent bien sûr les exercices sécurité et rappels au poste de combat, accomplis de bonne grâce car « la sueur épargne le sang », mais qui n’en font pas moins attendre les interludes salvateurs que promettent les escales. Quoique…

Car le métier de commissaire d’un bâtiment n’a pas fondamentalement changé et pour le jeune « croc », le répit est de courte durée : organisant les escales aux côtés des commissaires du bord, le voilà négociant avec le « ship », organisant un cocktail de 500 personnes ou s’assurant des honneurs à rendre à un CEMM étranger. Une occasion unique d’appréhender ces exercices particuliers, mais aussi d’acquérir une connaissance fine des régions traversées. Après un passage en Inde, la mission Jeanne d’Arc 2018 empruntera le détroit de Malacca et fera escale à Darwin avant de naviguer en mer de Chine et de revenir par le Vietnam et Singapour. C’est donc là-même où l’histoire maritime s’écrit que les futurs commissaires d’unité feront leurs premières armes, aux côtés des alliés traditionnels de la France, de ses nouveaux partenaires ou d’acteurs locaux essentiels dans des eaux de plus en plus contestées.

Tel n’est pas le moindre atout de cette Jeanne. Elle permet aux midships de découvrir des bâtiments de générations différentes (20 ans séparent le Var et le Dixmude) mais aussi de travailler en interarmées (hélicoptères de l’ALAT, groupement tactique embarqué) et en interalliés (PASSEX, exercices majeurs, embarquement d’US Marines et de Wildcats de la Royal Navy). L’aguerrissement n’est pas oublié avec la conduite d’une manœuvre d’infanterie dans le désert djiboutien. Plus que tout, ce sont sur des bâtiments opérationnels aux équipages expérimentés que les jeunes commissaires ont ancré leur formation, jumelée avec celle de leurs camarades officiers de marine.

Quelques semaines à peine après l’appareillage, ils ont déjà beaucoup appris. Souhaitez-leur donc une « Jeanne » digne de ce grand nom afin qu’ils portent haut le flambeau transmis par leurs anciens !   

    CR3 Jokin Vaillant        

 

 

 
  
La promotion Valmy a participé à la Juris'cup 2016 et remporte le prix de l'élégance
 
Du 15 au 18 septembre, un équipage composé d’officiers élèves de la promotion Valmy de l’Ecole des commissaires des armées (ECA) a participé à la 26ème édition de la JURIS’CUP, une régate réunissant les professions juridiques et judiciaires de France et d’Europe.

Cette année, l’équipage avait l’honneur d’être parrainé par le quartier-maître de 1ère classe Camille Lecointre et le matelot Hélène Defrance, médaillées de bronze aux jeux olympiques de Rio. Membres de  l’armée des champions (Centre National des Sports de la Défense), elles ont accompagné et échangé avec l’équipage de l’ECA.

Perpétuant une tradition héritée de l’Ecole des officiers du commissariat de la Marine (EOCM), dix élèves de l’ECA aidés d’un skipper professionnel ont embarqué à bord du voilier Aria 3 (Dehler 39) et ont ainsi pu se mesurer à la centaine d’équipages engagés dans la régate. Seule équipe militaire participant à la compétition, les commissaires de la promotion Valmy se sont notamment illustrés en remportant le prix de l’élégance.
Mené de bout en bout par les commissaires élèves, ce projet a été rendu possible par la participation et le soutien de plusieurs sponsors et partenaires : le Centre National des Sports de la Défense (CNSD), la société Sopra Steria, l’association des commissaires des armées (ACA) et l’association nationale des commissaires de la marine (ANCM).
 
slider-0072
 
La promotion de l’Ecole d’Application des Officiers de Marine 2016 est constituée 

L’École d'Application des Officiers de Marine (EAOM) a officialisé, le vendredi 18 décembre 2015, la constitution de sa promotion 2016. Les officiers élèves (OE) de cette nouvelle promotion participeront à la mission « Jeanne d'Arc 2016 », qui les conduira sur les mers et océans de plusieurs continents.

Après avoir travaillé côte à côte durant plusieurs mois à l’Ecole navale (EN), « nous voici enfin réunis en vue de ce déploiement opérationnel de plusieurs mois », commente un jeune officier de marine. Propos approuvés et complétés par un non moins jeune commissaire élève – ancrage « marine » : « Nous allons apprendre à nous connaître entre « officiers de la mer » et à partager une formation et des cursus différents, qui nous permettront d’agir ensemble en équipage tel que ce sera prochainement le cas à bord des bâtiments de combat de la marine nationale ».

Cette promotion EAOM 2016, est constituée de 79 « Bordaches », élèves de l’EN de la promotion 2013, de 10 élèves commissaires – ancrage « marine » de la Promotion « Provence » (2014-2016) 

 

Dernier appareillage sur bâtiment école pour les commissaires élèves – ancrage « marine » de la promotion « Provence » 

Les commissaires élèves (CE) – ancrage  » « marine » de la promotion « Provence » (2014-2016) ont embarqué du 18 au 29 janvier 2016 à bord du bâtiment école (BE) « Chacal », commandé par le lieutenant de vaisseau Clotilde, dans le cadre de leur dernière corvette d'instruction.

L'objectif de ce déploiement était bel et bien de parachever la formation d'officier chef de quart (OCDQ) débutée en première année sur le site de l’Ecole navale (EN) dans le cadre de la formation « spécifique » en 2014 et complétée lors de la formation « milieu » en 2015-2016. Les CE auront l'occasion d’exercer à nouveau cette fonction sous peu, puisque lors de la mission « Jeanne d'Arc » 2016, ils seront placés en situation. Outre le prolongement de cette formation dans le cadre de l’Ecole d’application des officiers de marine (EAOM), ils seront pour la grande majorité d’entre eux à même d’occuper cette fonction à hautes responsabilités à bord de leur première affectation dès le mois d'août prochain. Cette formation maritime exigeante complète leur  formation de spécialité en vue de détenir l’étoffe complète du commissaire embarqué.

 
Des étudiants découvrent le métier de commissaire embarqué
 
Les 18 et 19 janvier 2016, une trentaine d’étudiants souhaitant passer le concours du commissariat ont embarqué à bord de la frégate Guépratte. Cette première immersion  opérationnelle de l’Ecole des Commissaires des Armées (ECA) constituait pour ces élèves une découverte des milieux « Santé » et « Marine », milieux d’ancrage possible pour de futurs commissaires des armées.  
A bord de la frégate, les étudiants ont pu découvrir le métier de commissaire embarqué avec Jérôme, commissaire de 1ère classe affecté à l’état-major de la force d’action navale (les bâtiments de surface) et Victor, le commissaire du bord. Ils ont présenté les nombreuses facettes de leur métier : opérationnel,  administratif, juridique. 
Comme tout marin, le commissaire embarqué occupe également d’autres fonctions à bord : il peut être chef de quart en passerelle ou chef de quart aviation, c’est-à-dire « conduire » le bâtiment ou diriger les manœuvres des hélicoptères. Il assure  des responsabilités logistiques, pour le déchargement des vivres en escale par exemple, humaines, puisqu’il dirige une équipe à bord, mais également financières. Les conditions de vie des marins ont aussi été abordées avec une visite des postes et de la rampe, ainsi que les fonctionnalités du bâtiment avec un passage en passerelle, au centre opérationnel et une description du système d’armement du bâtiment. Toute cette visite a ainsi donné aux étudiants un aperçu très complet du métier de commissaire dans la Marine. 
( source : Cols Bleus - lettre hebdomadaire du 29 janvier 2016)
 
lien vers l'article :
 
 
Baptême de la promotion 2015 "Valmy" à l'ECA le 28 novembre 2015

Sous la présidence du Commissaire Général de 2ème classe Thierry Pineaud, représentant le Commissaire Général Hors classe Jean-Marc Coffin, Directeur central du SCA, en présence des élèves de la promotion 2014" Provence", des professeurs de l'ECA, des associations de commissaires, de personnalités, et bien sur des familles,  le Commissaire en chef de 1ère classe Marc de Becdelièvre, directeur de l'ECA, a donné à la promotion 2015 le nom de baptême "Valmy". L'ANCM était représentée par le CRC1(h) Signorel, vice-président.

 

   

 

   

Ce nom a été choisi en mémoire de la victoire de Valmy, le 20 septembre 1792, première victoire des armées de la Convention. L'effet psychologique de cette victoire fut décisif pour la Révolution et ses partisans. Elle mit en valeur le courage et la volonté dans une période difficile : ce qui n'est pas sans rapport avec la période actuelle. Le nom de Valmy a été donné à un vaisseau de 120 canons à trois ponts lancé en 1847.Le Valmy fut navire amiral lors de la guerre de Crimée de 1853 à 1854. Il est renommé Borda (II) en 1863 et sert à l'Ecole Navale en rade de Brest. Il est démoli en 1891.

 site de l'ECA                                                vidéo de la cérémonie

Un équipage de l'ECA participe à la Juris'cup 2015... et remporte le prix de l'élégance.

source ECA

"Du 17 au 20 septembre 2015 la promotion Provence de l’Ecole des commissaires des armées (ECA) a participé à la 25° édition de la Juris’Cup. Cet évènement, qui a pour but de mettre en relation différents équipages composés d’au moins 50% de juristes dans le cadre d’une régate se déroulait au large de Marseille.

Pour la deuxième année consécutive sous les couleurs de l’ECA, les élèves commissaires de deuxième année ont formé un équipage constitué de dix d’entre eux, et d’un skipper professionnel. L’attachement des commissaires à la Juris’Cup n’est pas nouveau, et a débuté avec la participation régulière d’élèves commissaires de la marine, aujourd’hui regroupés dans le corps unique des commissaires des armées. Aujourd’hui, l’équipage de l’ECA est constitué d’élèves commissaires préparés à exercer leur métier d’officier de l’administration et de la gestion dans les différentes armées et services du ministère de la défense (armée de terre, marine, armée de l’air, service de santé des armées ou direction générale de l’armement).

La place des commissaires dans cette compétition se justifie par la diversité des métiers du domaine juridique qu’ils peuvent être amenés à exercer (conseiller juridique des opérations, expert de l’action de l’état en mer, du droit des conflits armées, du droit aérien…) et par leur engagement quotidien dans le soutien des opérations navales.

La réalisation de ce projet a été rendue possible grâce à l’investissement des élèves, à l’aide d’un skipper professionnel, au soutien des cadres de l’ECA, et à la participation de nombreux sponsors et partenaires : le cabinet LASCE Associates, le groupe FIDUCIAL, le groupe AGPM, la GMF, l’A3 (association amicale des officiers d’administration santé des armées) ainsi que l’ANCM (association nationale des commissaires de la Marine). 

Réunis autour d’un attrait fort pour la mer, d’une volonté de se dépasser et d’un solide esprit d’équipage, c’est donc un équipage d’élèves commissaires interarmées qui s’est lancé vendredi dernier dans cette régate et qui a honorablement terminé à la 6ème position (sur 14) dans sa catégorie. L’équipage s’est également démarqué par une attitude positive, qui lui a permis de remporter le prix de l’élégance cette année."

 

 http://www.juriscup.com/fr/ 

 

Présentation au drapeau et Baptême de la promotion 2014 "Provence" à l'ECA le 29 novembre 2014

Les élèves commissaires des promotions 2013 "Première ligne" et 2014 "Provence" ont participé à une belle cérémonie, en présence de leurs familles. Le Commissaire Général Legendre a donné à la promotion 2014 le nom de "Provence" en souvenir du 70e anniversaire du débarquement en Provence.

 

D'autres photos sont disponibles sur ce site dans la rubrique "Activités".

http://ancm-commissaires-marine.fr/activites

L'ECA a rédigé deux intéressantes  fiches d'informations sur le profil des promotions 2013 et 2014 :

fiches promos 2013 et 2014

Toutes les informations et nouvelle de l'ECA : 

 http://www.commissairesdanslesarmees.defense.gouv.fr/ECA/

 

 

 L'ECOLE DES COMMISSAIRES DES ARMÉES

 

De l’EAM/EOCM/GEAAA vers l’ECA
 
Peu de temps après la cérémonie de clôture organisée à Lanvéoc le 15 mars 2013 par l’école des officiers du Commissariat de la marine (EOCM) qui fermait ses portes le 4 août suivant, l’Ecole des commissaires des armées (ECA), instituée formellement le 1er février, s’ouvrait véritablement le 19 août sur le site de la base aérienne 701 de Salon de Provence, pour accueillir sa première promotion interarmées de 32 élèves et procéder à l’amalgame, à l’orée de leur deuxième année de formation, des trois promotions de commissariat d’armées 2012. 
Le 9 novembre 2013, l’Amiral Guillaud, Chef d’état-major des armées, remettait le drapeau de l’Ecole des Commissaires des Armées (ECA) au Commissaire général de 2e classe Legendre, son premier directeur, dans le cadre d’une cérémonie marquant l’admission de cette école dans le concert des grandes écoles militaires. Cette cérémonie a également comporté l’inauguration de la salle de traditions nommée d’après le nom de l’intendant Daru, intendant général de la Grande Armée. Les présidents des associations de commissaires des trois armées y ont été associés et y ont symboliquement déposé des objets représentatifs de leurs milieux respectifs. Dans cette salle sont notamment exposés  les drapeaux, fanions et insignes des écoles de commissariats d’armées dissoutes.


ECA : formation interarmées par raison, d’ancrage et de milieu par nécessité
Le concept du commissaire des armées s’appuie fondamentalement sur les 3 « ancrages » d’armée proposés pour l’apprentissage des enseignements fondamentaux de l’état d’officier. Ceux-ci, par construction, ne coïncident pas avec les 5 « milieux » choisis par les élèves, car du fait que seuls les marins peuvent choisir l’ancrage marine, les élèves « santé » et « armement » sont invités à choisir l’ancrage « air » ou « terre » pour leur formation militaire. Pour ce qui concerne la promotion 2013, l’ancrage marine réunit donc les 9 élèves commissaires, tandis que l’ancrage terre réunit 8 terriens, 1 élève « santé » et 1 élève  « armement » et l’ancrage air concerne 7 aviateurs, 3 élèves « santé » et 2 élèves « armement ». 
A Salon même, bien que les locaux de l’ECA soient plus spécialement dédiés à la période de tronc commun interarmées, leur aménagement tient aussi compte de la nécessité d’identification aux ancrages – découverts dans le  cycle de formation spécifique - , puis aux milieux, objet de la troisième et dernière période de formation dite « de milieu ». A titre d’exemple, l’un des deux amphithéâtres du 1er étage a pris le nom du commissaire général de 1e classe Voiron, ancien directeur central du commissariat de la marine dans les années 50 et a commencé à  être agencé dans un esprit « marine ».


ECA : héritages et nouveautés
L’ECA n’est pas uniquement la somme de ses devancières : l’école traditionnelle de formation initiale (le centre de formation initiale, ou CFI) s’est enrichie d’un centre de formation continue (centre de formation supérieure, ou CFS), qui organise une trentaine de stages d’adaptation à l’emploi dans les  domaines d’expertise du commissariat des armées à l’attention de l’ensemble des officiers et civils de catégorie A exerçant des fonctions administratives et de soutien, soit potentiellement près de 800 stagiaires concernés par an ainsi que des séminaires ouverts à tous sur des thèmes variés : l’audit, le droit des conflits armés, la restauration, les finances, la solde.... 
De plus, la formation dispensée par le CFI ne recouvre plus seulement les domaines traditionnels Terre, Air, Mer, mais, sans attendre la transformation des officiers du corps technique et administratif du service de santé et de l’armement en commissaires à compter de 2014, celle-ci s’est désormais ouverte à l’Armement et à la Santé, sept élèves commissaires représentant ces deux milieux faisant partie de la promotion 2013 de l’école. 


Le contenu de formation de l’ECA : des contenus et des méthodes innovants
La formation des élèves commissaires s’effectue sur un format de deux années, inchangé par rapport à la pratique antérieure et toujours sanctionné par l’attribution d’un master 2, en l’occurrence celui de l’université d’Aix Marseille en Droit et Administration de la défense. En revanche, s’appuyant sur le retour d’expérience des anciennes écoles, l’ECA met davantage l’accent sur l’individualisation des parcours, c’est-à-dire l’exemption d’enseignements généraux de la formation commune (ex : droit, finances, audit ou comptabilité) pour des élèves ayant déjà obtenu une qualification universitaire dans ces domaines. Par ailleurs, sans doute encore davantage que par le passé, l’ECA privilégie les mises en situation sous formes de nombreux stages ainsi que le recours à des plateformes pédagogiques sur internet permettant dans un premier temps la mise à disposition de documents aux élèves et l’expression formalisée du retour d’expérience. L’enseignement proprement dit est désormais dispensé de manière prépondérante par des intervenants extérieurs en provenance de l’Université et des grandes écoles, du ministère de la Défense, d’autres administrations ou du monde de l’entreprise.

(article du CRC1 François Trémembert - Directeur-adjoint de l'ECA et chef du Centre de Formation Initiale paru dans la Revue 2014 de l'ANCM)

 

 

 

 

 

 

 

 

 lien vers le site de l'ECA