Le 16 septembre 2019 matin le CESM organise un séminaire à destination des associations à Balard. Le CEMM ouvrira cette demi-journée.

 Quelques éléments d’actualité 

·      Mission Clémenceau : Le Groupe aéronaval à Singapour et au Viêtnam

Déployé depuis le début du mois de mars dans le cadre de la mission « Clemenceau », le porte-avions Charles de Gaulle vient d’effectuer une période de relâche opérationnelle dans le port de Changi, à Singapour, 17 ans après sa dernière escale dans le pays, accompagné de la Frégate multi-missions (FREMM) Provence et le bâtiment de commandement et de ravitaillement (BCR) Marne. De son côté, la frégate de défense aérienne (FDA) Forbin a fait escale à Hô Chi Minh-Ville du 28 mai au 3 juin.

Le passage à quai du porte-avions a été ponctué par de nombreuses visites officielles, et en particulier celle de Mme Florence Parly, ministre des Armées, présente à Singapour à l’occasion du Shangri-La Dialogue. Le porte-avions Charles de Gaulle, la FREMM Provence et le BCR Marne, rejoints par la Frégate anti-sous-marine Latouche-Treville, ont repris la mer le 3 juin dernier pour mener des manœuvres avec la Marine et l’armée de l’air singapourienne.

Pour la première fois, une frégate singapourienne, le RSS Steadfast, a été intégrée à la Task Force 473 afin d’y mener une série d’entrainements avec les bâtiments français. Des officiers de liaison singapouriens ont embarqué sur le porte-avions où ils ont partagé leur connaissance de la zone maritime dans laquelle se déroulait l’exercice. Ils ont pris une part très active, avec les marins français, aux travaux de planification des différentes phases tactiques qui ont jalonné ce « PASSEX » au large de Singapour. Un officier français a également embarqué sur la frégate singapourienne pour assurer la liaison avec le groupe aéronaval.

Des exercices de lutte antinavires et de lutte antiaérienne ont été conduits. Ils ont permis d’éprouver l’interopérabilité des marines françaises et singapouriennes. D’autre part, l’hélicoptère Caïman de la FREMM Provence, a effectué une séance d’entrainement à l’appontage sur le pont du RSS Steadfast. Enfin, des combats aériens simulés ont opposé Rafale français et F15 de l’armée de l’Air singapourienne.

De son côté le Forbin, en escale au Viêtnam, a été le théâtre de nombreux échanges avec les autorités locales. Une délégation de marins du bord conduite par le commandant a été conviée à un déjeuner officiel avec la marine vietnamienne de la 2e région maritime avant de se rendre au siège de la 7e région militaire puis à l’hôtel de ville pour des entretiens. Le Forbin a également conduit un exercice simulé de défense aérienne avec le concours de marins vietnamiens dans le but de renforcer notre capacité d’intervention conjointe. Enfin, pour concrétiser cette coopération à la mer, un échange d’officiers et des manœuvres tactiques ont été menés avec une corvette lance-missile à l’embouchure de la rivière Saïgon après l’appareillage de la frégate. 

·         6 juin 2019 : Cérémonies de tradition et remise de bérets verts à Colleville-Montgomery

Dans le cadre du 75ème anniversaire du Débarquement en Normandie, la cérémonie de tradition de l’École des fusiliers marins s’est déroulée place du Débarquement à Colleville-Montgomery dans le Calvados.

Présidée par l’amiral Christophe Prazuck, chef d’État-major de la Marine, elle a été suivie par une cérémonie nationale présidée quant à elle par Emmanuel Macron, président de la République, en présence de nombreuses autorités militaires et civiles.

L’amiral Christophe Prazuck, accompagné du contre-amiral Christophe Lucas, amiral commandant la force maritime des fusiliers marins et des commandos Marine, ont d’abord procédé au baptême du cours des quartiers-maîtres de la flotte (QMF) n° 54 et leur ont remis leurs fourragères. Cette promotion porte le nom du « Matelot fusilier Roger Cabanela », du 1er BFMC (Bataillon de fusiliers marins et commandos), mort pour la France le 28 février 1944.

Dans un second temps, les stagiaires de la Préparation militaire Marine (PMM) Capitaine de frégate Kieffer, basée à Villeneuve-Saint-Georges (94) se sont vus remettre leur insigne qui vient clore le cycle de formation effectué pendant l’année scolaire 2018-2019. Enfin la cérémonie a été également l’occasion de remettre différentes décorations telles que la médaille militaire, la Croix de la Valeur Militaire, la Légion d’Honneur et la médaille de l’ordre du mérite maritime. Elles témoignent de l’engagement des récipiendaires au service de la Marine et de la France.

Autre temps fort de la journée, une cérémonie d’hommage aux hommes du « commando Kieffer » s’est déroulée sous la présidence d’Emmanuel Macron, président de la République française. Quatorze marins, ayant réussi le stage opérateur commando, le n°151 ont reçu leur béret vert et leur badge des mains de différentes autorités, militaires et civiles. Le premier béret vert a été remis par le Président de la République, accompagné de Léon Gautier, vétéran du Débarquement de 1944. Cette remise solennelle marque leur entrée dans le corps prestigieux des commandos Marine. 

·         La Seine se jette dans l’Amazone

Après avoir traversé l’océan Atlantique avec le groupe Jeanne d’Arc et avant de poursuivre son déploiement de longue durée, le bâtiment de soutien et d’assistance métropolitain (BSAM) Seine a remonté fin mai, une partie du fleuve Amazone.

Cette navigation hors du commun a permis de tester les capacités du bâtiment à opérer en eaux turbides et saumâtres mais également de redécouvrir un fleuve que les unités de la Marine nationale n’avaient pas fréquenté depuis quelques années. Les courants, les troncs d’arbre, les hauts fonds ainsi que Les nombreuses barges et pêcheurs ont rendu la navigation particulièrement délicate. Cet environnement marin inhospitalier et inhabituel a conduit l’équipage à accroître sa vigilance et sa réactivité.

Il est impensable de naviguer dans l’Amazone sans l’expertise de l’un des 150 pilotes du fleuve. En effet, les fonds évoluent sans cesse sous l’influence des courants et de la montée des eaux pendant la saison des pluies (8 mètres). Les mises à jour des cartes électroniques ne suivent malheureusement pas le rythme de ces transformations naturelles. Ainsi quelques îles cartographiées laissent souvent place, en quelques mois, à des profondeurs de 30 m. Après avoir parcouru près de 600 nautiques sur un des plus grands fleuves au monde et réalisé une courte halte à Santarém, la Seine a fait route vers les côtes guyanaises. La Seine, livrée début mars, est le troisième bâtiment de soutien et d’assistance métropolitain (BSAM) d’un programme de quatre navires destinés à la Marine nationale.

Ce nouveau bâtiment vient renforcer et moderniser les capacités de la Marine nationale. Navire extrêmement polyvalent, le BSAM est conçu pour mener trois types de missions : soutien des forces (remorquage de bâtiments de fort tonnage, accompagnement et soutien au profit de sous-marins, ...), sauvegarde maritime (personnes, biens, environnement, police) et tâches de soutien de région (remorquage d’engins, travaux d’ancrage et d’entretien des coffres d’amarrage, relevage d’épaves,…).

  ·         L’aéronautique navale mise à l’honneur

Le 4 juin 2019, le capitaine de vaisseau Éric d’Astorg, commandant la base aéronautique navale de Lanvéoc-Poulmic, a présidé une cérémonie de remise de lettre de reconnaissance et la médaille nationale du mérite maritime à la Flottille 33F.

La lettre de reconnaissance et la médaille de la fédération nationale du mérite maritime ont été remises au capitaine de frégate Jérôme Dubois, commandant la flottille 33F par Monsieur Christian Wozniak, président de la section « Finistère ».

"En 8 ans, la flottille 33F a concouru à secourir 407 personnes lors de 556 opérations. Parmi toutes ces missions, certaines nous ont davantage marqué par leur caractère exceptionnel, conduites aux limites des capacités du Caïman Marine et de son équipage : Le sauvetage des 19 membres d’équipage du cargo TK Bremen, échoué en pleine tempête sur l’île de Groix; L’assistance au roulier Modern Express menaçant de s’échouer sur les côtes landaises, le sauvetage des skippers des voiliers Novintus et Panache dans une même nuit, et bien d’autres." a déclaré le capitaine de frégate Dubois.

Cette cérémonie a récompensé une unité remarquable, vecteur privilégié des missions de service public de la Marine nationale. La compétence exceptionnelle de son personnel, son dévouement et la détermination de son équipage pour assurer les missions de secours ont été salués. Les équipages et les techniciens de la 33F contribuent au sauvetage de plus de 90 vies chaque année.

Au cours de cette cérémonie, le maître Antoine et la second-maître Élise se sont vus remettre leur certificat de plongeur d’hélicoptère, marquant l’aboutissement de plusieurs années de travail et de formation. Ces deux jeunes marins du ciel continueront à progresser dans leur métier d’origine, techniciens aéronautiques de formation initiale, tout en effectuant des opérations de plongée lors des nombreuses missions de la flottille. La second-maître Elise est la première femme certifiée plongeur hélicoptère dans la Marine nationale.

Le capitaine de vaisseau Éric d’Astorg a enfin procédé à une remise de médailles et de témoignages de satisfaction à 13 marins de la 33F, dont les médailles militaire, du courage et sauvetage, de la protection militaire du territoire, de la défense nationale.

"Vous connaîtrez l’adrénaline de la mission et la satisfaction de concourir à sauver des vies, mais aussi la solitude au bout du câble au milieu des éléments déchaînés. Cultivez avec humilité votre polyvalence de technicien et de plongeur. Cette spécificité unique de l’aéronautique navale est exigeante, mais elle est source d’opportunités et de développement personnel" a souligné le capitaine de frégate Jérôme Dubois.

Composée d’hélicoptères Caïman Marine, elle est basée à Lanvéoc-Poulmic. Depuis 1983, la 33F s’est illustrée sur des événements majeurs de secours maritime, d’assistance aux gens de mer et de protection des espaces maritimes français. En quelques chiffres, ce sont, en 1985, 172 personnes secourues après le passage de 2 vagues submersibles à Beauduc (Arles), en 1995, 12 naufragés récupérés dans une tempête lors de la 5ème édition de la transat des Alizés, en 2011, 19 membres d’équipage du TK Bremen sauvés en pleine tempête, en 2016, l’acheminement d’une aussière de 700 kg sur le Modern Express à la dérive, en 2018, les skippers des voiliers Xoro, Novintus, Panache et en 2019, ceux du Toledo Bay sauvés dans des conditions extrêmes.

  ·         Escale d’un mouilleur de mines finlandais à Cherbourg

Du 29 mai au 1er juin, la base navale de Cherbourg a accueilli le FNS Hameenmaa, mouilleur de mines finlandais, composé d’un équipage de 100 marins, dont 30 conscrits et 4 femmes.

Avec à son bord deux classes d’élèves officiers, le navire scandinave fait escale à Cherbourg et marque une pause dans son déploiement destinée à six semaines de formation. Une conférence de presse organisée à bord a été l’occasion pour les journalistes de manifester leur étonnement autour de la spécificité de ce bâtiment : la pose de mines. Héritage historique et besoin stratégique, le nord de la mer Baltique constitue une zone concernée à la présence de mines dont l’objectif est la protection des intérêts souverains, la garantie du bon déroulé de certaines opérations, ou une menace pour forcer l’ennemi à agir… autant de justifications d’emploi énumérées en réponse par le commandant du Hammenmaa, le LTCDR Pekka Hietakangas.

Prochaine étape pour le mouilleur de mines : la participation à l’exercice BALTOPS en mer Baltique après une escale à Kiel en Allemagne. 

·         Les sous-mariniers du SNA Casabianca rendent hommage à leurs aïeux en Corse

Le mercredi 22 mai 2019 à 11 heures, devant le kiosque du sous-marin Casabianca de 1.500 tonnes situé à Bastia, le capitaine de frégate Nicolas Faure, commandant du sous-marin nucléaire d’attaque (SNA) Casabianca, a présidé une cérémonie en mémoire aux sous-mariniers du Casabianca de la Seconde Guerre mondiale.

Son équipage, ainsi que leurs familles et les anciens sous-mariniers de l’AGASM Casabianca ont fait le déplacement depuis Toulon pour cet hommage. Monsieur le Préfet, la directrice de l'ONACVG (office nationale des anciens combattants et victimes de guerres), COMAR Corse, le DMD, l'AMMAC (association des marins et militaires anciens combattants) et l'adjoint au Maire de Bastia ont participé et accompagné les sous-mariniers dans ce moment de recueillement et en souvenir des hommes des commandants Sacaze, L'Herminier et Bellet.

Cette cérémonie a aussi été l'occasion pour le capitaine de frégate Nicolas Faure, de féliciter, décorer et remercier son équipage, après un cycle de 5 mois en océan Atlantique et en mer Méditerranée. Le SNA perpétue ainsi l'esprit de combattivité du « Casa » historique et sa devise : « In bello leones, in pace columbae » (un lion dans la guerre, une colombe dans la paix).

La prochaine étape pour l’équipage du SNA Casabianca sera un déplacement dans leur ville marraine à Moulins (Allier). Les sous-mariniers participeront à diverses actions de rayonnement et de recrutement, avec notamment l'inauguration de l'exposition sur le sous-marin Casabianca de la Seconde Guerre mondiale au château des ducs de Bourbon.

Vivez marin !

o   RMC Découverte - Les sous-marins de la France Libre

La chaîne télévisée RMC Découverte diffusera un documentaire inédit sur " les sous-marins de la France Libre". Durant la Seconde Guerre Mondiale, cinq sous-marins français ont sillonné les océans et ont pris part aux combats. Il s´agit du Rubis, du Narval, de la Minerve, du Surcouf et de la Junon.

Leur histoire, ponctuée de missions périlleuses et d´actes d´héroïsme, est pourtant méconnue. Des intervenants d´exception témoignent, tels que le commandant actuel du Rubis et des descendants des sous-mariniers de l’époque. Ce documentaire retrace la riche histoire de ces sous-marins qui ont participé à la libération de la France.

ð Le vendredi 07 Juin, à 20h50.

 o   À l’occasion du début de la phase d’admission de ParcourSup, la Marine nationale réaffirme sa volonté de recruter des titulaires du baccalauréat, sans exigence de filière, au sein de son école de Maistrance, et confirme son engagement pour la formation et l’emploi des jeunes.

ð Retrouvez en PJ les informations essentielles sur l’Ecole de Maistrance, et n’hésitez pas à les relayer. 

o   Soirée-débat « De l’or noir à l’or bleu, une histoire maritime de la transition énergétique », à l’occasion de la sortie de la revue Etudes.

"Réfléchissez au mouvement des vagues, au flux et au reflux, au va-et-vient des marées. Qu'est-ce que l'océan ? Une énorme force perdue. Comme la terre est bête ! Ne pas employer l'océan !"

C'est à cette formidable aventure de l'exploitation des énergies marines à laquelle nous enjoignait Victor Hugo que vous convient le Centre d'études stratégiques de la Marine et la revue Etudes.

Ouverte par Arnaud Leroy et conclue par Titouan Lamazou, cette soirée retracera l'histoire des énergies marines : de l'exploitation du pétrole offshore à l'éolien en mer, en passant par le gaz naturel liquéfié. Vous y découvrirez également le rôle de la Marine nationale dans la protection de ces ressources et de ces flux.

Plus d’infos sur le site du CESM : https://cesm.marine.defense.gouv.fr/index.php/18-accueil/128-save-the-date-de-l-or-noir-a-l-or-bleu

Jeudi 13 juin, 19h-21h, au Centre Sèvres (6e).

ð Entré libre / Inscriptions obligatoires via le lien suivant https://forms.gle/FFieZ8VKSq67kuy48. 

A vos agendas !

Du 9 mai au 15 juin : exposition « Pacifique. Ou Presque » de l’écrivain de marine Emmelene Landon

L’article de Switch on Paper sur l’exposition d’Emmelene Landon : https://www.switchonpaper.com/2019/05/16/pacifique-ou-presquea-bord-du-dentrecasteaux-bsaom/

Lieu : A l'Espace des femmes, 35, Rue Jacob (Paris) 

Du 03 avril au 05 janvier 2020 : Exposition « Océan, une plongée insolite »

Lieu d'exploration, réserve de biodiversité, source d'inspiration et de légendes, découvrez les facettes les plus étonnantes et les plus méconnues de l'océan !

Lieu : Grande Galerie de l’Evolution au Museum national d’Histoire naturelle

Plus d’infos : http://www.jardindesplantesdeparis.fr/fr/programme/galeries-jardins-zoo-bibliotheques/ocean-plongee-insolite-3681

 

Du 15 juin au 31 octobre 2019 : Exposition « Ligne d’horizon : Mal-Coiffée/Casabianca 1939-2019 »

Le Casabianca, sous-marin de la Marine nationale est reconnu pour ses multiples exploits durant la Seconde Guerre mondiale. Au même moment, la capitale du Bourbonnais est coupée en deux par la ligne de démarcation, et la Mal-Coiffée devient la sinistre prison militaire allemande de la Gestapo. Deux bâtiments aux vocations distinctes mais avec la même ligne d'horizon, celle du courage, du refus d'abandonner la lutte pour libérer la France et la volonté de résister à la barbarie nazie. Pour la première fois, le patrimoine du sous-marin Casabianca de 1.500 tonnes est rassemblé et présenté au public au sein du Château des ducs de Bourbon, au cœur de Moulins sa ville marraine, et haut lieu de mémoire du Département de l'Allier.Lieu : Château des ducs de Bourbon, au cœur de Moulin, dans l’Allier. 

Du 15 juin au 15 septembre 2019 : Exposition « MINGQI, FIGURES ETERNELLES »

Le terme chinois Mingqi désigne les figurines en bois ou en terre cuite fabriquées en Chine entre les Royaumes Combattants du Ve siècle av. J.C.  et la dynastie des Tang au début du Xe siècle de notre ère.Les Mingqi documentent aussi bien le luxe et le faste de la cour impériale, la route de la soie par les nombreuses représentations des marchands et de leur monture mais également la présence et l’importance des femmes dans la société chinoise. Ainsi, la joueuse de cithare de la Dynastie Han  par son sourire, sa présence et sa prestance vous guidera vers la découverte de cet art raffiné, synonyme d’éternité.

Vernissage samedi 15 juin à 11h30.Lieu : Musée des Arts Asiatiques de Toulon. 

Mercredi 19 juin 2019 : Journée de Mémoire et d’Histoire organisées par l’Office National des Anciens Combattants et Veuves de Guerre de l’Hérault

Lieu : Archives départementales de l’Hérault

 

 ****Journée du marin 2019**** :

En 2019, la date retenue pour la journée du marin est celle du 22 mai.

Pour la 7ème année consécutive, chaque unité de la marine, à terre comme en mer, est incitée à organiser un événement auquel peuvent être associés les familles, les réservistes, les anciens marins ou les militaires des autres armées. Un événement convivial autour des valeurs de la marine.

Pour mémoire, la journée du marin est organisée chaque année le mercredi le plus proche du 21 mai, date choisie en référence à l’épopée de l’amiral de La Pérouse en mer du Japon en 1787 et à la découverte de l’ile Chejubo et du détroit de Corée. L’amiral de La Pérouse fut à la fois un explorateur, un chef reconnu au combat, un marin illustre qui a donné sa vie pour son pays : il incarne donc les plus belles vertus du marin

Quelques éléments d’actualité
 
·         USNS Kanawha : évacuation médicale en Océan Indien pour le Latouche-Tréville.

Le 8 avril 2019, la frégate Latouche-Tréville, en mission CTF 150, a procédé à l’évacuation sanitaire d’un marin civil américain de l’USNS Kanawha, pétrolier ravitailleur avec lequel il avait effectué avec succès un RAM (ravitaillement à la mer) la veille.

Le marin avait présenté le matin de violentes douleurs thoraciques et abdominales. Après une prise en charge à bord du Kanawha par son infirmier, une évacuation médicale (MEDEVAC) avait été demandée aux alliés présents sur zone.

Le Latouche-Tréville  se trouvait alors à 40 minutes de vol du Kanawha et a immédiatement proposé son soutien, aussi bien au médical que logistique. Grâce à la mise en œuvre rapide de l’un des deux hélicoptères Lynx par le détachement aéronautique présent à bord, le médecin du bord a pu rallier le « Kanawha » et porter secours au marin. Après une première évaluation médicale à bord du Kanawha, le médecin a estimé que des examens complémentaires étaient nécessaires avant une évacuation vers l’hôpital le plus proche. Le marin a donc été transféré du Kanawha  vers le Latouche Tréville puis pris en charge à l’infirmerie du bord par le binôme médecin-infirmière, renforcé par une interne du service de santé des armées qui aura fait, à cette occasion et brillamment, ses « premières armes ».

Après 2 heures 30 de prise en charge médicale, le marin a pu être évacué à 20 heures vers l’hôpital de Salalah, situé à deux heures de vol, en limite de portée. Il a été pris en charge sur place et sa vie n’est plus en danger. Le Lynx n’est revenu à bord que le lendemain matin, après une nuit sur le tarmac omanais.

Tout l’équipage a été sollicité pour la bonne réalisation de cette manœuvre, qui a peut-être permis de sauver une vie : le CO (Central Opérations) a permis l’organisation opérationnelle de la MEDEVAC ainsi que les échanges entre les différentes unités et commandements ; la passerelle a permis, par le meilleur positionnement du bâtiment, l’optimisation des temps de transfert ; le service Machines a assuré le bon fonctionnement de la propulsion ; le secteur Flotteur a fourni des équipiers pour le brancardage du patient en renfort des brancardiers désignés ; le détachement aéronautique a réalisé la mise en œuvre rapide et sûre du Lynx ; le BSC (Bureau Service Courant) a assuré la sécurisation des zones lors du brancardage ; l’équipe médicale élargie a su prendre en charge le patient et le conditionner pour une évacuation rapide vers la structure de soins adaptée ; le service Commissariat a assuré le soutien logistique, à bord et à terre.
Une évacuation médicale requiert un haut degré de coordination à tous les niveaux, entre différents métiers. Au bilan, ce sont tous les marins du Latouche-Tréville qui ont participé directement ou indirectement, mais toujours avec professionnalisme et rigueur, au bon déroulement de cette opération.

 ·         Première interaction à la mer avec les patrouilleurs de Papouasie Nouvelle-Guinée

A l’issue de son escale de Rabaul, le BSAOM D’Entrecasteaux a réalisé un passex au large de l’île de Manus avec le nouveau patrouilleur de la marine de Papouasie Nouvelle-Guinée (PNG), le HMPNGS Ted Diro.

Après une première journée où une partie de l’équipage s’est rendue sur le Ted Diro pour briefer les exercices et découvrir le fonctionnement et les spécificités techniques de ce nouveau patrouilleur, deux journées à la mer ont permis de réaliser des exercices conjoints et de confronter les savoir-faire de la France et de la Papouasie Nouvelle-Guinée.

Les exercices réalisés ont permis de s’entrainer sur des domaines variés dans la manœuvre, la navigation, le tir et la formation d’équipes de visites pour faire face aux activités illicites en mer. Des échanges de personnel ont permis aux marins de découvrir les deux bâtiments et d’échanger sur les procédures propres à chaque marine.

A cette occasion, le BSAOM a accueilli à bord l’Ambassadeur de France en Papouasie Nouvelle-Guinée, son excellence monsieur Philippe Janvier-Kamiyama. Il a ainsi partagé le quotidien de l’équipage pendant 5 jours et a pu découvrir les manœuvres effectuées entre les deux marines.

L’interaction s’est terminée par un repas officiel à bord en présence de Monsieur l’ambassadeur de France en PNG, l’attaché de défense non-résident et les commandants de la base navale de Lombrum et du HMPNGS Ted Diro.

Le D’Entrecasteaux fait désormais route vers Cairns en Australie.

·         Deux bâtiments brestois participent à l'entraînement JOINT WARRIOR  

Entre le 29 mars et le 15 avril 2019, le PHM (patrouilleur de haute mer) PM L’Her et le CMT (chasseur de mines tripartites) Andromède ont participé à l’entraînement Joint Warrior 19.1 regroupant 15 nations alliées et partenaires de l’OTAN au large de l’Écosse.

Intégré au Task Group 606.1, le patrouilleur de haute mer a navigué en force aux côtés de bâtiments danois, américains, norvégiens et hollandais. Il a tout d’abord conduit une phase d'exercices dits "sérialisés", c'est à dire planifiés puis une phase d’exercices inopinés. Tous les domaines de lutte ont étés testés (défense aérienne, lutte sous-marine, asymétrique, cyber, tir...) pour valider la bonne intégration aux réseaux de communication par exemple, l'interopérabilité des unités et le respect de la sécurité dans l’action.

Pendant 12 jours, l’équipage de l’Andromède a, quant à lui, travaillé en étroite collaboration avec 4 chasseurs de mines britanniques et a profité des nombreux moyens mis en œuvre pour s’entraîner et pousser aussi loin que possible le réalisme dans les exercices de lutte contre des menaces asymétriques.

L’ensemble des chaînes fonctionnelles du bâtiment ont été sollicitées. La passerelle a conduit des navigations exigeantes au plus près des côtes, la machine a assuré sans faille le bon fonctionnement de ses installations, les plongeurs ont conduit avec professionnalisme des plongées jusqu’à 50 mètres et le secteur info a, grâce à une veille attentive, permis de trouver 7 mines d’exercice dont 2 furtives.

Au bilan, les équipages ont, durant ces deux semaines, mis en œuvre leur savoir-faire, améliorer leurs compétences et se sont préparés au mieux pour les prochaines missions opérationnelles qui leur seront confiées.

 ·         La mission Jeanne d’Arc aux côtés de la marine sud-africaine

Après les opérations menées en océan Indien, le groupe Jeanne d’Arc a passé le cap de Bonne Espérance et navigue actuellement en Atlantique. L’occasion pour le porte-hélicoptères amphibie Tonnerre et la frégate La Fayette de naviguer aux côtés de la South African Navy.

Le Tonnerre et le La Fayette ont quitté la ville du Cap le 19 avril après une escale qui a permis de ravitailler les deux bâtiments. Une fois le large regagné, le groupe Jeanne d’Arc 2019 a été rejoint par le chasseur de mines Umzimkulu de la marine sud-africaine avec lequel ils ont effectué des exercices d’évolutions tactiques de navigation.

Cette action en mer est venue compléter les échanges déjà organisés entre les deux marines durant l’escale qui avaient notamment permis de faire partager le retour d’expérience du Tonnerre après les opérations au Mozambique, où la marine sud-africaine se rendra dans quelques semaines.

Cette nouvelle action vient renforcer la coopération entre les deux marines. C’est aussi une opportunité pour les officiers-élèves, alors en passerelle, de continuer leur formation et de développer leurs compétences dans le domaine de la navigation en groupe.

 ·         Travaux d’hydrographie et coopération en Guinée-Equatoriale pour le BH Laplace

Déployé depuis janvier dans le golfe de Guinée pour la mission hydrographique ZMATO 2019 (Zone Maritime Atlantique Orientale), le bâtiment hydrographique (BH) Laplace,mis à disposition du Shom pour effectuer des travaux hydrographiques, a rejoint la Guinée-Equatoriale pour y mener, pendant près d’un mois, deux levés hydrographiques.

La Guinée-Equatoriale s’étend sur une partie continentale avec comme ville principale Bata et une partie insulaire comprenant l’île de Bioko où se situe la capitale Malabo. Riche en ressources naturelles, la Guinée-Equatoriale a récemment développé ses infrastructures portuaires afin d’en adapter la capacité à ses ambitions économiques. Il était donc nécessaire de mettre à jour les cartes marines de navigation éditées et entretenues par le Shom et les connaissances hydrographiques de ces eaux.

Du 9 mars au 8 avril 2019, le Laplace a ainsi œuvré aux relevés hydrographiques, tout d’abord dans le port de Malabo et ses approches immédiates, puis dans celui de Bata.

Avec les vedettes hydrographiques embarquées Goéland et Guillemot, des levés de la nature et de la profondeur des fonds marins ont été effectués par les hydrographes du Shom (GHOA - Groupe hydrographique et océanographique de l’Atlantique).

Les profils suivis par les vedettes permettent de détecter d’éventuelles anomalies, telles que des épaves ou des obstructions à la navigation.

Ces relevés sont réalisés puis traités par les hydrographes, dans un premier temps à bord du Laplace, puis à terre dans les locaux du GHOA à Brest. Les hydrographes du GHOA ont également créé à terre un nouvel observatoire de marée à Bata, en implantant six repères dans le sol afin de créer un « référentiel » qui permettra de conserver dans le temps le zéro de réduction des sondes.

Cette présence de longue durée au large des côtes de la Guinée-Equatoriale a aussi été mise à profit pour favoriser les échanges avec l’Ecole Navale à Vocation Régionale (ENVR) de Bata où trois marins français sont affectés comme cadres au titre de la coopération. Chaque jour à bord du Laplace les élèves-officiers venus de toute l’Afrique ont été accueillis pour se former.

 ·         Le Latouche-Tréville en CTF150

La frégate Latouche-Tréville, partie de Brest le 25 février dernier pour un déploiement de longue durée en océan Indien, a passé le canal de Suez à la mi-mars, pour la première fois depuis 14 ans.

Depuis son passage sous le contrôle opérationnel d’ALINDIEN, le Latouche-Tréville est placé en soutien de la Combined Task Force 150 (CTF150). Cette task force internationale, sous commandement tournant, actuellement canadien, est chargée de s’attaquer aux sources du financement du terrorisme comme le trafic d’armes ou de drogues.

À la suite des frégates La Fayette et Cassard, le Latouche-Tréville apporte son concours à cette opération en patrouillant dans le golfe d’Aden et la mer d’Arabie. La présence à son bord de deux hélicoptères Lynx de la flottille 34 F lui permet de couvrir une large zone pour repérer tout navire susceptible de se livrer à des activités illicites.

Cette coopération entre moyens aériens et navals a permis au bâtiment de procéder à plusieurs enquêtes de pavillon sur des boutres. Ces enquêtes, dans le cadre de la convention de Montego Bay sur le droit de la mer, permettent, en cas de doute sur la nationalité d’un navire, d’envoyer une équipe de visite afin de contrôler la régularité de ses documents administratifs. Elles peuvent déboucher sur la fouille du bâtiment. C’est ainsi qu’en 2018, les bâtiments de la Marine nationale intégrés à la CTF 150 ont saisi près de 15 tonnes de drogues dans la zone.

 ·         Coopération avec l’Espagne : entrainement entre le Saphir et le sous-marin Mistral

Du 10 avril au 12 avril 2019, le sous-marin nucléaire d’attaque (SNA) Saphir a effectué sa phase de qualification de lutte anti sous-marine avec le sous-marin espagnol Mistral de type Agosta.

Cet entraînement associé au stage de lutte anti navire constituent les étapes obligatoires avant que l’équipage du SNA soit qualifié opérationnel pour partir en mission. Ces phases s’étalent sur deux périodes de 72 heures, durant lesquelles le sous-marin effectue de nombreux exercices à la complexité croissante. La manœuvrabilité du sous-marin, ainsi que la réactivité générale sont évaluées par l’officier entraineur qui accompagne la progression de l’équipage et délivre in fine la qualification opérationnelle. L’opportunité de réaliser cette phase d’entrainement avec un sous-marin espagnol permet de maintenir les liens forts qui unissent nos deux marines.

En plus des occasions d’entraînement mutuel, l’escadrille des sous-marins nucléaires d’attaque accueille un officier d’échange espagnol embarqué sur SNA et propose régulièrement une place pour le cours de commandement de sous-marin (COURCO).

 ·         Entraînement mutuel entre les Bâtiments Hydrographiques BORDA et LA PEROUSE

Les bâtiments hydrographiques Borda et La Pérouse ont effectué cette semaine un exercice de remorquage au large de Saint-Malo.

Mené dans d’excellentes conditions d’environnement, l’exercice aura permis de constater les spécificités nautiques de chacun des bâtiments qui, bien qu’identiques en apparence, dérivent de façon différente.

Les BH étaient tous deux déployés au nord de la Bretagne au profit du Service Hydrographique et Océanographique de la Marine (SHOM). Ils améliorent la connaissance de la zone, notamment au profit des collectivités locales pour la prévention des submersions et pour préparer l’implantation d’éoliennes.

A l'issue de cet après-midi entre marins, le Borda poursuit sa mission au sud de Chausey alors que le La Pérouse met le cap sur le chenal d’accès du port d’Antifer.

 Vivez marin !

·         Mai 2019 : La Marine nationale fait escale à Tours

L’édition 2019 de la « Marine en escale » se déroulera à Tours au bord de la Loire les 11 et 12 mai prochain. Place Anatole France, les Tourangeaux auront l’occasion unique d’embarquer dans l’univers de la Marine nationale et de partager avec les marins présents la singularité de leur métier.

Depuis 2011, cet événement est organisé régulièrement dans une grande ville pour présenter la Marine et les métiers qu’elle propose à ceux qui sont installés loin des côtes françaises et des ports militaires.

Sur le village, les différentes facettes de la Marine nationale seront à découvrir : navale, sous-marine, aérienne et terrestre. Les visiteurs pourront assister à de nombreuses démonstrations dynamiques et participer à différentes animations et interactives (baptêmes de plongée, parcours commandos pour enfants, techniques de combat rapproché et chiens experts, matelotage, simulateur de Rafale Marine etc.).

La Bataillon de marins pompiers de Marseille effectuera des démonstrations de gestes qui sauvent et le Bagad de Lann-Bihoué sera présent pendant toute l’escale pour assurer une animation musicale.

Rendez-vous place Anatole France samedi 11 et dimanche 12 mai de 10h à 19h. Entrée gratuite : plus d’informations sur la page Facebook de l’événement.

 ·         Le Muséum national d'Histoire naturelle organise un concours littéraire en partenariat avec la Marine Nationale ! Dans le cadre de l’exposition "Océan, une plongée insolite" le Muséum national d’Histoire naturelle organise un appel à écriture du 3 avril au 23 juin 2019 sur le thème de l’Océan.

️ Modalités d'inscription et règlement du concours par ici : https://urlz.fr/9nmJ. N’hésitez pas à participer et diffuser !

 A vos agendas !

A noter : La fête de la mer et du littoral les 28-29-30 juin prochain. Plus d’informations prochainement.

 

16 mai : Soirée Jazz au profit de l’ADOSM !

Plus d’informations sur le flyer en pj !

 

22 mai : Journée du marin.

 

23 mai, 13h30 – 20h30 : Colloque « Les enjeux géoéconomiques des Routes de la Soie »,

Organisé par le club HEC Géostratégies, l’association des auditeurs IHEDN Paris IDF et l’ANAJ-IHEDN

Présentation, programme et inscription en ouvrant ce lien.

Lieu : Ecole militaire, amphithéâtre Foch

 

 Du 03 avril au 05 janvier 2020 : Exposition « Océan, une plongée insolite » - Lieu d'exploration, réserve de biodiversité, source d'inspiration et de légendes, découvrez les facettes les plus étonnantes et les plus méconnues de l'océan !

La nouvelle grande exposition du Muséum au Jardin des Plantes nous plonge dans les profondeurs de l'océan !

Ce territoire qui recouvre 71% de la surface de la Terre abrite une immense biodiversité encore insoupçonnée. Au fil d'un parcours immersif, vous pourrez explorer des milieux insolites à la rencontre d'espèces aux caractéristiques étonnantes.

Un voyage sous la surface qui invite à prendre conscience de la richesse du milieu marin et alerte sur les menaces que les activités humaines font peser sur lui.

Lieu : Grande Galerie de l’Evolution au Museum national d’Histoire naturelle

Plus d’infos : http://www.jardindesplantesdeparis.fr/fr/programme/galeries-jardins-zoo-bibliotheques/ocean-plongee-insolite-3681